Entries Tagged as 'Inha'

Chargés d’études et de recherche (INHA, Paris)

FELLOWSHIPS: Chargés d’études et de recherche, Institut national d’histoire de l’art (INHA), Département des Études et de la Recherche, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Six postes de chargés d’études et de recherche sont à pourvoir à l’INHA, à compter du 1er octobre 2015. Les chargés d’études et de recherche effectuent un service partagé entre les programmes scientifiques et documentaires de l’Institut et leurs travaux personnels de recherche ; ils se voient confier des tâches documentaires et scientifiques en relation avec les programmes décrits sur le site. Leur lieu de résidence est situé à Paris.

Les chargés d’études et de recherche domiciliés hors d’Ile-de-France auront la possibilité de louer une chambre à la Cité internationale universitaire de Paris. Au cours de leur séjour à l’INHA, ils pourront être affectés à des tâches organisées en lien avec la bibliothèque de l’établissement. Statutairement, la durée des fonctions de chargé d’études et de recherche est de deux ans. Elle peut être prorogée par période d’une année, sans pouvoir excéder quatre ans au total.

Pourront concourir à ce recrutement les étudiants travaillant dans tous les domaines de l’histoire de l’art. ils devront être engagés dans la poursuite d’études conduisant au doctorat. Les chargés d’études et de recherche sont recrutés sur contrats doctoraux. Les candidats devront satisfaire aux conditions de recrutement des contractuels doctoraux et par dérogation votée par le conseil scientifique de l’INHA : « recrutement au plus tard dix-huit mois après la première inscription en doctorat » (l’inscription en thèse devra avoir été faite entre le 1er avril 2014 et le 30 septembre 2015).

Composition du dossier de candidature :
* curriculum vitae
* lettre de motivation (précisant notamment l’insertion souhaitée dans les domaines et programmes de l’INHA)
* projet de thèse présenté en quatre pages maximum (sujet, problématique, apport et pertinence pour la discipline, démarche méthodique, courte bibliographie).

Les candidats postulent selon la procédure suivante :
1. candidature auprès de leur école doctorale de rattachement afin d’obtenir la validation du dossier : vérifier les délais de dépôts de candidature auprès de l’école doctorale.
2. les écoles doctorales transmettent six candidatures maximum.

Date limite: 1 septembre 2015.

Source: H-ArtHist

Chercheurs INHA (Paris), 2015

FELLOWSHIPS: Programme d’invitation de chercheurs, 2015.

Pour l’année 2015, afin d’encourager les échanges nationaux et internationaux, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) accueillera des chercheurs dans le cadre de ses domaines, pour une durée comprise entre 1 et 3 mois. La priorité sera accordée aux chercheurs confirmés, qu’ils soient affiliés à un autre établissement, français ou étranger, ou indépendants. Les chercheurs intéressés doivent prendre contact avec le conseiller scientifique en charge du domaine de recherche adéquat et parallèlement télécharger leur candidature, via le lien ci-contre.

Procédures d’attribution : Les propositions seront examinées par le directeur et les conseillers scientifiques du département des études et de la recherche. Les critères de sélection sont l’objet de la collaboration, l’expertise ou la valorisation par rapport au développement d’un domaine de recherche et l’adéquation entre la proposition de recherche et les ressources disponibles. Le chercheur devra assurer une intervention publique durant le séjour et rendre un rapport final.

L’INHA prendra en charge les frais de voyage et d’hébergement du chercheur et mettra à sa disposition un poste de travail partagé, lui permettra d’accéder librement à la bibliothèque et aux ressources informatiques et documentaires offertes par le service de la documentation. Attention : Fermeture de la bibliothèque de l’INHA de septembre à décembre 2015.

Composition du dossier de candidature :
– un curriculum vitae avec la liste des publications
– le projet de recherche détaillant son implication dans le domaine concerné
– une lettre de motivation.

Échéance : 10 juin 2014.

Source: H-ArtHist

Séjour de recherche à Paris Année 2014

GRANTS: Appel à candidatures – Séjour de recherche à Paris Année 2014.

Pour effectuer un séjour de recherche à Paris durant l’année 2014, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) met à la disposition de chercheurs résidant hors Ile-de-France, douze défraiements de 500 euros (remboursement sur justificatifs).

Peuvent candidater : les doctorants inscrits dans une université européenne; les chercheurs engagés dans la vie professionnelle (maîtres de conférences, conservateurs du patrimoine, conservateurs territoriaux du patrimoine et attachés de conservation), sans condition de nationalité.

Le dossier de demande comprendra :
– un curriculum vitae
– une lettre de motivation adressée au Directeur Général de l’INHA, à l’attention du directeur du département des Etudes et de la recherche. Ce courrier détaillera le projet scientifique, ainsi que les motifs de la recherche en région parisienne, la durée et la période envisagée.

Les demandes seront envoyées par courrier électronique avant le 31 janvier 2014 en spécifiant comme sujet : Séjour de recherche à Paris.

Pour les domandes et tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter le secrétariat du Département des études et de la recherche par courrier électronique ou par téléphone au 01 47 03 85 81.

Source: ApAhAu

Journée d’étude sur le manuscrit medieval

INHA

CONFERENCE: Collections, remaniements, expositions: Les vies du manuscrit medieval aux époques modernes et contemporaines, Institut national d’histoire de l’art (Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari, 2 rue Vivienne, 75002 Paris), 18 November 2013. Organisation: Tania Lévy, Judith Soria et Ambre Vilain-De Bruyne. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Au gré de donations et parfois d’acquisitions de feuillets enluminés épars ou de manuscrits complets, les musées se sont enrichis de précieux témoignages de l’enluminure médiévale et de la renaissance. Rarement exposées, ces œuvres ont pour une grande partie d’entre elles été peu étudiées et demeurent largement inconnues.

Le Musée des Beaux-Arts d’Angers, le Palais des Beaux-Arts de Lille et le Musée des Augustins de Toulouse, en collaboration avec l’INHA, accueillent à l’automne 2013 trois expositions à partir des collections conservées dans les institutions des régions Centre et Pays de la Loire, Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Champagne-Ardenne, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon (Musées et Sociétés Savantes) afin de faire connaître au grand public ce patrimoine fragile.

La journée d’étude Collections, remaniements, expositions: les vies du manuscrit médiéval aux périodes moderne et contemporaine est organisée à cette occasion afin de penser l’histoire des collections demanuscrits aux périodes moderne et contemporaine. Elle vise à mettre en perspective historique les découpages, collages et remaniements et à interroger le processus qui a fait de ces pages des images indépendantes répondant mieux aux critères de l’œuvre d’art de l’époque et a mené à la fà la fabrication de faux manuscrits médiévaux à partir du XVIIIe siècle.

PROGRAMME

Accueil des participants et Introduction à la journée d’études.

Président de séance: Pierre-Gilles Girault
* Charlotte Denoël et Elsa Vernier-Lopin, La collection d’enluminures découpées du chanoine Marcadé au trésor de la cathédrale de Bordeaux
* Anne-Marie Eze, In Defense of Abbé Celotti: A Reassessment of His Montages of Papal Miniatures.

Président de séance: Marc Gil
* Anna Melograni, La collezione di “cuttings” italiani del Victoria & Albert Museum di Londra
* Pier-Luigi Mulas et Teresa d’Urso, Les fragments enluminés du Musée Condé à Chantilly.

Présidente de séance: Pascale Charron
* Branislav Cvetkovic, Fragments of Chilandari Manuscripts in the Regional Museum in Jagodina
* Pierre-Gilles Girault, Un faussaire parisien. Le prétendu Spanish Forger et le goût des collectionneurs vers 1900.

Comité scientifique: Chrystèle Blondeau, Pascale Charron, Marc-Édouard Gautier, Marc Gil, Pierre-Gilles Girault, Jean-Marie Guillouët, Cordélia Hattori, Ariane James-Sarazin et Charlotte Riou.

En savoir plus

André Chastel (1912-1990)

Andre-Chastel

EXHIBITION:  André Chastel (1912-1990) – Histoire de l’art et action publique, Institut national d’histoire de l’art (INHA), Galerie Colbert, Salle Roberto Longhi (2, rue Vivienne ou 6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris), 8 février – 6 avril 2013. Ouverture du mardi au samedi de 15h à 20h.

L’aura d’André Chastel flotte encore sur l’histoire de l’art. Un siècle après sa naissance et plus de vingt ans après sa disparition, l’engagement pour la discipline de ce professeur charismatique reste un modèle pour les générations de chercheurs qu’il a influencées.

L’exposition veut aujourd’hui rendre hommage et présenter au public son oeuvre et son action publique. Un ensemble inédit de documents permettent de mieux saisir l’ambition et le travail de fond de ce grand réformateur. Une bibliothèque dans l’espace même d’exposition permet de découvrir les éditions originales de ses publications tandis qu’un plan de rédaction de l’Art français annonce le projet monumental d’un ouvrage en sept volumes, définissant entre autre ce que pourrait être la «francicité» de l’art. Un ensemble de photographies évoquent, elles, quelques éléments importants de sa vie : ses voyages (on sait combien il lui importait de voir les oeuvres in situ), ses amitiés professionnelles (avec Ernst Gombrich ou Francis Haskell) ou encore sa nomination à l’Académie.

L’essentiel de l’exposition est cependant constitué de son imposante correspondance épistolaire. Le spectateur est invité à découvrir les lettres échangées avec certains des plus grands historiens d’art internationaux du XXe siècle : Ernst Gombrich, Meyer Shapiro, Erwin Panofsky et bien d’autres. Des lettres d’élèves (Daniel Arasse), de collaborateurs (Olivier Merlin), d’hommes politiques (André Malraux, Jack Lang), ou d’artistes qu’il fréquentait (Zoran Music, André Masson) permettent de saisir nonseulement les multiples facettes de l’engagement humain, scientifique et publique d’André Chastel, mais aussi le rôle central qu’il a joué pour l’ensemble de ceux, professionnels ou non, vouant un intérêt profond à la connaissance culturelle.

Commissariat : Sabine Frommel (EPHE), Michel Hochmann (EPHE) et Sébastien Chauffour (INHA) assistés par une équipe scientifique composée de Laura De Fuccia, Eva Renzulli et Kira D’Alburquerque.

Source: ApAhAu

Séances de formation à l’INHA

COURSES: Séances de formation à la bibliothèque de l’INHA (25 février et 24 avril 2013).

La bibliothèque de l’INHA propose des formations destinées à aider les chercheurs dans la réalisation de leurs recherches :

Lundi, 25 février 2013 (14h30):
La recherche bibliographique en histoire de l’art médiéval : une aide à la recherche dans les ressources des bibliothèques proposée par des enseignants : du papier à Internet en passant par les bases de données.

Mercredi, 24 avril 2013 (10h30):
La localisation des thèses (thèses papier et thèses en ligne) en histoire de l’art.

Les séances se déroulent dans la salle Chastel, galerie Colbert pendant 2 heures.

Pour vous inscrire, merci d’envoyer votre demande, en précisant votre numéro de téléphone, à l’adresse suivante : info-bibliotheque@inha.fr.

Source: ApAhAu

Prix Marc de Montalembert (INHA 2013)

GRANT: Prix Marc de Montalembert, INHA 2013.

La Fondation Marc de Montalembert et l’Institut national d’histoire de l’art se sont associés pour l’attribution du Prix Marc de Montalembert d’un montant de 8 000 euros. Ce prix soutient l’achèvement d’un travail de recherche qui contribue à une meilleure connaissance des arts et de la culture du monde méditerranéen. La Fondation Marc de Montalembert offre en outre au lauréat la possibilité de séjourner à son siège à Rhodes, en Grèce.

Les candidat(e)s doivent :
– être né(e)s dans un pays riverain de la Méditerranée, ou en avoir la nationalité ;
– avoir moins de 35 ans au 1er novembre 2012 ;
– être titulaire d’un doctorat ou en avoir le niveau.

Les candidats seront évalués sur leur curriculum vitae et sur leur projet, son originalité et son intérêt, sa faisabilité et sa pertinence pour ce qui concerne le monde méditerranéen. La présentation du projet, rédigée en français de préférence ou en anglais, doit comprendre un calendrier de travail, un lien explicite avec les domaines de recherche de l’INHA (Histoire de l’art médiéval), une prévision des frais nécessaires à sa réalisation et une indication des résultats attendus et des perspectives de leur diffusion. La présentation sera accompagnée d’une lettre de motivation manuscrite rédigée en français et de deux lettres de présentation signées par des personnes compétentes en mesure d’attester le sérieux du candidat et la qualité de son projet. Ne seront pris en compte que les projets individuels.

La mise en œuvre du projet, d’une durée d’un an, commencera par un séjour d’un mois à Paris, en tant que chercheur accueilli à l’INHA ; elle s’achèvera par un deuxième séjour à Paris durant lequel les résultats feront l’objet d’une présentation publique. Les deux séjours sont pris en charge forfaitairement, par la Fondation Marc de Montalembert et par l’INHA. Le lauréat bénéficiera de l’appui d’un conseiller scientifique de l’INHA avec lequel un contact régulier sera maintenu. Les résultats de la recherche seront publiés et diffusés sous une forme appropriée, avec le concours de l’INHA.

CALENDRIER
– Réception des candidatures du 1er septembre au 1er novembre 2012.
– Date-limite d’envoi des dossiers : au plus tard le 1er novembre 2012, le cachet de la poste faisant foi.
– Annonce du prix : seconde quinzaine de janvier 2013.

Le dossier doit comprendre : un curriculum vitae, la photocopie d’une pièce d’identité, le projet rédigé en français ou en anglais, l’identification du lien avec un domaine de l’INHA, le calendrier de travail et le budget prévisionnel, le résultat attendu, une lettre de motivation et au moins deux lettres de recommandation. Tout dossier incomplet sera écarté.

En savoir plus

Six postes de chargés d’études et de recherche

FELLOWSHIPS: Six postes aux département des études et de la recherche à l’INHA, (Institut national d’histoire de l’art, Paris), à compter du 1er octobre 2012.

Les chargés d’étude et de recherche effectuent un service partagé entre les programmes scientifiques et documentaires de l’Institut et leurs travaux personnels de recherche ; ils se voient confier des tâches documentaires et scientifiques en relation avec les programmes décrits sur le site. Leur lieu de résidence est situé à Paris. Les chargés d’études et de recherche domiciliés hors d’Ile-de-France auront la possibilité de louer une chambre à la Cité internationale universitaire de Paris. Au cours de leur séjour à l’INHA, ils pourront être affectés à des tâches organisées en lien avec la bibliothèque de l’établissement. Statutairement, la durée des fonctions de chargé d’études et de recherche est de deux ans. Elle peut être prorogée par période d’une année, sans pouvoir excéder quatre ans au total. Pourront concourir à ce recrutement les étudiants travaillant dans tous les domaines de l’histoire de l’art, y compris le cinéma, la musique et le théâtre dans leurs relations avec les arts visuels ; ils devront être engagés dans la poursuite d’études conduisant au doctorat. Les chargés d’études et de recherche sont recrutés sur contrats doctoraux. Les candidats devront satisfaire aux conditions de recrutement des contractuels doctoraux et par dérogation votée par le conseil scientifique de l’INHA : « recrutement au plus tard dix-huit mois après la première inscription en doctorat » (l’inscription en thèse devra avoir été faite entre le 1er avril 2011 et le 1er octobre 2012).

Les candidats postulent selon la procédure suivante :
1 – candidature auprès de leur école doctorale de rattachement par envoi d’un curriculum vitae, d’une lettre de motivation et d’un projet de recherche présenté en quatre pages maximum.
2. les écoles doctorales transmettent six candidatures maximum
– par courrier postal à :
INHA
Département des Études et de la Recherche
2, rue Vivienne
75002 PARIS

Calendrier du recrutement :
1. Les écoles doctorales transmettront les 6 dossiers de candidatures au plus tard le lundi 3 septembre 2012, 17h.
2. Jury d’admissibilité : mercredi 12 septembre 2012
3. Jury d’admission sur convocation : jeudi 20 septembre 2012.

En savoir pus

L’image-document face au numerique

CONFERENCE: L’image-document face au numérique : mise en crise ou mise en lumière ? Journée d’étude, Paris, Institut national d’histoire de l’art (INHA), 5 March 2012. Organisation : Julie Ramos et Élisabeth Doulkaridou.

L’histoire de l’art, quelque forme que prenne son développement, est intrinsèquement liée au regard que l’amateur, le collectionneur et le chercheur portent sur l’objet, puis sur l’image de celui-ci. De la gravure à l’image numérique, en passant par la photographie, l’image-document dépasse souvent la simple copie et devient le témoin d’une méthode.
•    Que devient ce regard avec l’avènement du numérique ?
•    Dans quelle mesure l’image numérique remet-elle en question l’image-document de l’historien de l’art ?
•    Quelles sont les nouveaux instruments pour la recherche et quel est leur impact dans les pratiques du chercheur ?
•    Quelles sont les implications théoriques et méthodologiques de cette transformation ?

Cette demi-journée d’étude réunira historiens de l’art, archéologues et spécialistes du domaine des Digital Humanities, afin de mettre en parallèle les usages de l’image comme document de recherche et la manière dont les pratiques se transforment aujourd’hui avec le numérique. Est-ce que l’histoire de la discipline peut contribuer à une meilleure appréciation des méthodes actuelles ?

PROGRAMME

9h00: Ouverture par Philippe Sénéchal, directeur du département des études et de la recherche de l’INHA
* Introduction par Martine Denoyelle (INHA) et Élisabeth Doulkaridou (INHA)
* Melissa Terras (University College London), Visions and Sermons : The Digital Transformation of the Humanities
* Pascal Griener (Université de Neuchâtel), L’avènement du fac-similé, une révolution dans l’instrumentarium scientifique des Lumières
* Corinne Welger-Barboza (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), L’histoire de l’art et sa technologie : concordance des temps
* Dirk Wintergrün (Max Planck Institute for the History of  Science, Berlin), From Textgrid and ECHO to the electronic scrapbook – new ways of collaborative publications in the humanities
* Martin Warnke (ICAM, Leuphana Universität Lüneburg), On the Structural Richness of Art Historical Discourse

12h45: Les enjeux d’une histoire de l’art visuelle, Table ronde avec les intervenants et Mercedes Volait (USR 3103 InVisu, CNRS/INHA), animée par Élisabeth Doulkaridou

13h30: Débat avec la salle.

Source: H-ArtHist

La Bibliothèque de l’INHA

La Bibliothèque de l’INHA-collections Jacques Doucet, offre ses collections et services dans la salle Ovale du quadrilatère Richelieu. Elle propose à la consultation 1,4 million de documents, une bibliothèque numérique, des bases de données et des périodiques en ligne.

La Bibliothèque propose à la consultation 482 000 livres imprimés, dont 136 000 catalogues de vente (depuis le 18e siècle) : 6 472 titres de périodiques (dont plus de 1500 vivants) ; 11 970 thèses françaises et étrangères ; 13 931 ouvrages anciens, rares et précieux ; 228 titres de périodiques de réserve – 1100 manuscrits et copies de manuscrits et 40 000 autographes ; 18 760 estampes dont de nombreux recueils de gravures ; 4000 affiches ; 700 000 photographies ; 121 fonds d’archives (concernant des artistes, des historiens de l’art, des critiques, des galeries…) ; des microformes (en particulier des reproductions de fonds iconographiques et archivistiques étrangers…). Elle offre aussi une bibliothèque numérique riche de 350 000 vues, des bases de données et des périodiques en ligne.

En 2014, la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art résultera de la fusion de deux grandes bibliothèques d’art :
* la Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques Doucet,
qui a rejoint l’INHA au 1er janvier 2003 ;
* la Bibliothèque centrale des musées nationaux.

Elle bénéficiera également de l’apport de collections imprimées de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts. Lui sera en outre associée la Bibliothèque de l’École nationale des Chartes.

L’ensemble représente dès aujourd’hui un total exceptionnel d’environ 1 700 000 documents. Ces collections seront déployées dans la salle Labrouste et les magasins attenants du quadrilatère Richelieu. Une grande partie des collections, environ 265 000 documents, sera proposée en libre accès.

En savoir plus

Séjour de recherche à Paris

FELLOWSHIP: Séjour de recherche à Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 20 January – 31 December 2012.

Pour effectuer un séjour de recherche à Paris durant l’année 2012, l’Institut nationtal d’histoire de l’art (INHA) met à la disposition de chercheurs résidant hors Ile-de-France, deux défraiements de 500 euros (remboursement sur justificatifs).

Peuvent candidater : les doctorants inscrits dans une université européenne ; les chercheurs engagés dans la vie professionnelle (maîtres de conférences, conservateurs du patrimoine, conservateurs territoriaux du patrimoine et attachés de conservation), sans condition de nationalité.

Le dossier de demande comprendra :
* un curriculum vitae
* une lettre de motivation adressée au Directeur Général de l’INHA, à l’attention du directeur du département des Etudes et de la recherche. Ce courrier détaillera le projet scientifique, ainsi que les motifs de la recherche en région parisienne, la durée et la période envisagée.

Les demandes seront envoyées par courrier électronique à : der-dir@inha.fr, en spécifiant comme sujet :  “Séjour de recherche à Paris”.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter le secrétariat du Département des études et de la recherche par courrier électronique ou par téléphone au 01 47 03 85 81.

Application deadline: 15 February 2012.

Source: H-ArtHist

L’écriture entre histoire et science

L’écriture entre histoire et science, Colloque international, Institut de recherche et histoire des textes (Salle Jeanne Vielliard, 40 av. d’Iéna, 75016 Paris), 14-15 avril 2011.

A la fois action et résultat, mouvement et trace figée, produit graphique et textuel, l’écriture a une histoire propre, où jouent les contraintes des impératifs techniques et des normes visuelles, esthétiques et sociales. La civilisation médiévale a produit d’innombrables monuments écrits à la main et, de la Renaissance carolingienne à l’invention de l’imprimerie, l’écriture y a pris des formes d’une infinie variété, qui déroute historiens et philologues.

Face aux questions en suspens, les humanités numériques modifient profondément les horizons de recherche en paléographie. Si la grande majorité des travaux portent sur des identifications ponctuelles, comme l’identification de mains, ou ont pour objectif la reconnaissance optique des caractères, les sciences de l’ingénieur ouvrent des voies nouvelles pour l’étude globale de l’écriture et de ses évolutions. Les possibilités de calcul et de traitement de l’image dans son ensemble, plutôt que comme ensemble de signes alphabétiques, permettent d’approcher la complexité et d’explorer les propriétés dimensionnelles de l’écriture. L’on peut même espérer améliorer les classifications actuelles, fondées sur un faible nombre de critères et sur la forme plutôt que sur le mouvement, et insuffisantes tant pour dater et localiser les spécimens écrits que pour décrire la phylogenèse des écritures.

Après trois ans de collaboration étroite entre paléographes et spécialistes de l’analyse optique d’images, l’IRHT ouvre une réflexion sur les apports de l’approche expérimentale dans le champ historique. Le programme du colloque, axé sur l’apport des humanités numériques dans l’étude des formes et du mouvement d’une part, et les dynamiques internes de l’écriture et la cursivité d’autre part, invite à découvrir les nouveaux outils d’analyse et les évolutions épistémologiques de la paléographie fondamentale.

Jeudi 14 avril 2011 : Analyse d’image et paléographie systématique
9h – Accueil des participants; Nicole Bériou (IRHT, Paris), Introduction
9h45- Denis Muzerelle (IRHT, Paris), Les techniques d’analyse d’images appliquées aux écritures médiévales : aide à l’expertise paléographique et à l’accès aux contenus dans les écritures médiévales; Matthieu Exbrayat (LIFO, Orléans), Exploration et interaction spatiale : mise en oeuvre dans le cadre du projet Graphem; Nicole Vincent (LIPADE, Paris), Proposition de descripteurs des propriétés des écritures en vue d’apparentements typologiques; Hani Daher (LIRIS, Lyon), Analyse d’écriture basée sur la décomposition en traits.
14h00 – Guillaume Joutel (LIRIS, Lyon), Analyse d’écriture basée sur la décomposition en curvelets; Frank Lebourgeois (LIRIS, Lyon), Analyse et classification par cooccurrences; Table ronde (modération : Marc Smith, École nationale des Chartes): Applications actuelles de l’informatique à la paléographie, quelles méthodes pour quelles finalités ?

Vendredi 15 avril 2011 – 5e rencontre internationale du « Séminaire permanent sur la cursivité »
10h00 – David Ganz (King’s College, Londres), Semi-onciale et cursivité : observations et considérations sur une écriture livresque «polyvalente»; Teresa Webber (Trinity College, Cambridge), The cursive origins of Anglo-Saxon Square Minuscule? Padraig Breatnach (School of Celtic Studies, Dublin), Cursive and bookhand in later Irish manuscripts : a problematic distinction; Irene Ceccherini (Università degli Studi di Firenze), La Lettera Merchantesca nei trattati di scrittura del Cinquecento.
14h00 – Marc Smith (École nationale des chartes, Paris), Les traits accessoires de l’écriture, entre morphologie et ductus; Laura Pani (Università degli Studi di Udine), Insegnare e imparare il corsivo in Italia oggi; Maria Gurrado (Institut de Recherche et Histoire des Textes, Paris), «Graphoskop», un outil informatique pour l’analyse des écritures (mode d’emploi); Paul Bertrand et Maria Gurrado (Institut de Recherche et Histoire des Textes, Paris), Les dimensions des écritures cursives : une confrontation «livres» – «documents».

Organisation Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT – UPR 841) (Section de Paléographie latine) avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche (ANR) et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et avec la participation de l’École nationale des Chartes (ENC) du Laboratoire d’informatique fondamentale d’Orléans (LIFO – EA 4022) du Laboratoire d’informatique Paris Descartes (LIPADE – EA 2517) et du Laboratoire d’informatique en image et systèmes d’information (LIRIS – UMR 5205).

En savoir plus